Son Eminence le Métropolite Panteleimon de Belgique






































































































































































Son Eminence le Métropolite Panteleimon de Belgique
comme célébrant

 

SON EMINENCE
LE METROPOLITE PANTELEIMON
DE BELGIQUE

EXARQUE DES PAYS-BAS ET DU LUXEMBOURG


BIOGRAPHIE :

Son Eminence le Métropolite Panteleimon de Belgique (dans le monde Nikolaos Kontogiannis) est né à Chios en 1935. Ses études secondaires terminées, il s’inscrit à l’Institut de Théologie de Chalkis, qu’il termine en 1957.

Le 28 novembre 1954, il est ordonné diacre à l’institut de Théologie de Chalkis par le Métropolite d’Iconie Mgr Iakovos Stéphanidis d’éternelle mémoire et à l’époque directeur de l’Institut. Le 18 octobre 1957, il est ordonné prêtre par le même Métropolite dans l’église de la Ste Trinité de l’Institut.

Et c’est quelques semaines plus tard, le 22 novembre, qu’il débarque en Belgique, engagé par l’Archevêque de l’époque Monseigneur Athénagoras Kavadas d’éternelle mémoire et envoyé par l’ Eglise Mère du Patriarcat Oecuménique afin de servir, attaché à une des paroisses, les travailleurs grecs qui débarquaient par centaine chaque semaine, soucieux de trouver du travail dans les entrailles de la terre, au fond des charbonnages. Le jeune prêtre, à peine 22 ans, foula le sol belge à la Gare du Midi (Bruxelles), un vendredi, à 7h10 du matin. Le Dimanche 24 novembre 1957, il célébra sa première Divine Liturgie dans l’église de l’Annonciation de la Mère de Dieu à Anvers, et le lundi 25, fête de Ste Catherine, dans l’église des Saints Archanges Michel et Gabriel, rue de Stassart à Bruxelles.
La Belgique ne comptait alors que ces deux petites églises orthodoxes. La Divine Liturgie terminée, le Vicaire Episcopal de l’Archevêque de Thyateira l’Archimandrite Emilianos Timiadis, responsable pour la Belgique et la Hollande et actuel Métropolite de Sélévria, accompagna le jeune prêtre en train vers la ville de Mons, l’ayant au préalable muni d’une valise en carton avec des objets du culte, un Evangéliaire, un Antimension et une tenue liturgique. Accueilli par les responsables de l’Association Charbonnière de Mons, il fut conduit à l’hôtel Dupuis ( près de la Grand Place de la ville), en attendant de s’établir dans un petit appartement de la rue des Telliers, au numéro 10 qu’il occupera jusqu’à son élection en tant que Métropolite de Belgique. Il n’y avait alors ni paroisse structurée, ni église. C’était à lui d’organiser sa première paroisse, qui s’étendait de la ville de Tournai à la ville de Trazegnies-Anderlues, d’où commençait la paroisse limitrophe de Charleroi.

En mai 1960, Dimanche de Thomas, après la mutation du recteur de la paroisse de Charleroi (décembre 1956 - Dimanche de Thomas 1960) vers une paroisse d’Allemagne, l’Archevêque de Thyateira lui confie aussi les responsabilités de la paroisse de Charleroi. Au début, on utilisa des baraquements abandonnés par les Allemands comme lieu de prière et de culte; plus tard, des habitations, pour enfin arriver à l’organisation des paroisses et l’acquisition des diverses églises d’aujourd’hui.

Notre Métropolite, simple prêtre alors, parcourait tous les quartiers, les villes et villages où habitaient les chrétiens orthodoxes grecs, en moto, et célèbrait la Divine Liturgie, de nombreuses fois en plein air, baptisait par dizaine les enfants dans une bassine en plastique (il n’y avait pas de baptistère à l’époque), et célébrait les mariages dans les maisons où habitaient les futurs mariés. Le nombre de charbonnages alors dans les régions où était recteur le Métropolite Panteleimon était approximativement dans la région de
Charleroi 60 puits
Mons 40 puits
La Louvière 30 puits

Malgré la présence de 3 assistantes sociales pour toute la région, le prêtre devait accomplir parfois ce même travail afin de rendre service aux travailleurs et à leur famille. Avec l’aide de volontaires prenant en charge l’enseignement aux enfants de la langue maternelle, de l’histoire et de la religion, le prêtre créa les écoles de l’après-midi. L’enseignement se faisait dans des classes d’Ecoles Libres, concédées gratuitement. A partir de 1963, donc bien plus tard, furent envoyés les premiers enseignants grecs. Le prêtre rendait visite aux malades dans les hôpitaux, aux blessés dans les centres de traumatologie des charbonnages, aux prisonniers; dans les cantines où vivaient les ouvriers célibataires, les conseillant et les sermonnant, dans la résolution de leurs situations et problèmes. Il avait instauré des permanences dans les villes de Mons, La Louvière et Charleroi, où, à jour et heures fixes chaque semaine, il recevait les ouvriers. Il célébrait la Divine Liturgie en alternance dans diverses villes et pendant les grandes fêtes de l’année, par exemple à Pâques, il lui arrivait de célébrer 6 offices pascals le même jour, transportant la Sainte Communion chaque fois avec lui afin de pouvoir communier les fidèles.

Après le décès de l’Archevêque de Thyateira Mgr Athénagoras Kavadas et la division de l’Europe en Métropoles indépendantes, la Belgique et le Luxembourg furent rattachés en 1963 à l’Archevêché de France, avec comme premier Métropolite de France, Mgr Mèlètios Karambinis d’éternelle mémoire. Ce dernier nomma l’Archimandrite alors Panteleimon Kontogiannis Supérieur Episcopal pour la Belgique, le Luxembourg et le Nord de la France, ainsi que recteur de la paroisse de Bruxelles. Avec cette nouvelle fonction, il sillonnait toutes ces régions. Il se rendait au Luxembourg 4 à 5 fois par an, c’est-à-dire aux jours fériés de ce pays.

En 1969, le Patriarcat Oecuménique proclame la Belgique, la Hollande et le Luxembourg nouvel Archevêché avec comme siège central la ville de Bruxelles. Comme premier Métropolite, le Saint Synode élit parmi les Grands Vicaires Généraux Son Eminence le Métropolite Emilianos Zacharopoulos (après Métropolite de Cos). Le Métropolite fut intronisé le 11 novembre 1969 dans notre actuelle cathédrale, avenue de Stalingrad, 34 – 1000 Bruxelles, concédée par les Jésuites Flamands de Bruxelles, à notre paroisse, dès le Dimanche des Rameaux de l’année 1965. Cette concession, uniquement à des fins d’utilisation, avait été possible grâce aux efforts conjugués de l’actuel Métropolite Mgr Panteleimon alors prêtre, de l’archidiacre de Son Eminence alors Métropolite de France Monseigneur Mélètios Karambinis, Mr Stéphanos Charalampidis, aujourd’hui Métropolite de Tallini et d’Estonie, ainsi que la Fraternité des Dames Hellènes de Bruxelles.

Le nouvel Métropolite Mgr Emilianos nomma l’Archimandrite Panteleimon Vicaire Général, et le proposa au Synode Patriarcal en tant qu’ Evêque Auxiliaire. Le 5 août 1974, le Saint Synode procéda à son élection - à l’unanimité - d’Evêque Auxiliaire du Métropolite Emilianos, avec le titre d’Apolloniade,. Son ordination en tant qu’Evêque eut lieu dans la Cathédrale, le 18 août 1974 par Son Eminence le Métropolite de Cos Mgr Emilianos , Son Eminence le Métropolite de Suède Mgr Paul et Son Excellence Evêque de Sassimos Mgr Jérémie, actuel Métropolite de Suisse.

Quand le 15 décembre 1982, le Métropolite Emilianos Zacharopoulos, de sa propre initiative, fut établi par le Saint Synode du Patriarcat Oecuménique à l’Archevêché de Cos, Son Excellence Evêque d’Apolloniade Mgr Panteleimon fut nommé Supérieur Patriarcal pour l’Archevêché par le Patriarche Oecuménique Dimitrios d’éternelle mémoire. Le Saint Synode du Patriarcat Oecuménique l’élira à l’unanimité, le 23 décembre 1982, Métropolite de Belgique et Exarque des Pays-Bas et du Luxembourg. Son intronisation, le 23 janvier 1983, eut lieu dans la Cathédrale, qui n’était pas encore propriété de l’Archevêché, par le représentant de Sa Sainteté le Métropolite de France Mgr Mèlètios.

Il est indéniablement reconnu par tous que le premier Métropolite Mgr Emilianos Zacharopoulos a offert d’énormes services inestimables à l’Archevêché. De la même façon, son successeur va travailler de manière continue, dès la prise de ses responsabilités, afin de perpétuer la mission de l’Eglise Orthodoxe au centre de l’Europe, sous les conseils et les directions de l’Eglise Mère de notre Patriarcat Oecuménique.

Dès la prise en main du gouvernail de l’Archevêché, son premier souci fut d’acquérir la reconnaissance de la religion orthodoxe au même titre que les autres religions reconnues par l’Etat belge.

Avec l’aide de Dieu, il y réussit après de grands efforts et tentatives secondé par la compréhension des responsables concernés. L’Eglise Orthodoxe fut reconnue de l’Etat belge par la loi (23-3-1985) publié dans le Moniteur belge numéro 91 du 11 mai. L’arrêté Royal du 15 mars 1988, relatif à l’organisation de l’Eglise Orthodoxe, au chapitre 1er, article 1 souligne ce qui suit : « Le Métropolite Archevêque du Patriarcat Oecuménique ou son remplaçant (vicaire général) est reconnu par Nous comme l’organe représentatif de toute l’Eglise Orthodoxe en Belgique ».

Les prêtres sont désormais salariés de l’Etat et le cours de religion Orthodoxe est enseigné dans les Ecoles Publiques et d’Etat. A l’Archevêché, un bureau particulier surveille obligatoirement toutes les commissions des juridictions et nationalités reconnues en Belgique. Ceci est un grand succès puisque ainsi les privilèges de notre Patriarcat Oecuménique sont préservés.

Le Métropolite travaille parallèlement à l’achat de la Cathédrale et des habitations y attenant. Le contrat d’achat au nom du Patriarcat Œcuménique fut signé le 28 octobre 1987. Par la suite, des travaux de réparation en profondeur furent entrepris.

Tous ceux qui aujourd’hui visitent la Cathédrale l’admirent et glorifient le nom du Seigneur. L’église se trouve à peine à 500 m de la place de l’Hôtel de Ville de Bruxelles, la fameuse Grand place.

Il fonde partout où c’est possible de nouvelles paroisses et veille à l’acquisition ou la construction de nouvelles églises dans de nombreuses villes.

Il n’omet pas de s’activer parallèlement aussi pour la reconnaissance de notre paroisse orthodoxe grecque au Grand Duché du Luxembourg. Et cela réussit. Le 31 octobre 1997, l’acte de reconnaissance est signé. Aujourd’hui, au Luxembourg habitent environ 1200 grecs chrétiens. Nous sommes pratiquement prêts pour la construction d’une église, d’un centre paroissial et d’une habitation de prêtre.

Avec l’installation du siège de l’Union Européenne à Bruxelles, l’Archevêché de Belgique acquiert une autre place parmi les Archevêchés d’Europe. Prenant exemple sur l’Eglise catholique romaine et l’Eglise protestante, le Métropolite Panteleimon demanda au Patriarcat Oecuménique la création du Bureau de l’Eglise Orthodoxe auprès de l’UE. Sa Sainteté le Patriarche Œcuménique Mgr Bartholomée, prévoyant, accepta l’idée et donna Sa bénédiction. Le Métropolite procéda à l’achat d’un bien immobilier, place de Jamblinne de Meux, 40 à 1030 Bruxelles (près de l’Archevêché) au nom du Patriarcat Œcuménique pour l’hébergement du Bureau. Le bien fut acheté avec l’argent d’un donateur, qui avait légué dans son testament une somme au nom du Métropolite pour l’entretien des habitations de l’Archevêché. Le Métropolite Mgr Panteleimon a estimé plus utile et plus nécessaire de consacrer cet argent à l’achat d’un bien immobilier pour la création du Bureau, la représentation de notre Mère l’Eglise auprès de l’UE ayant sa priorité.

Grâce à ses démarches et aux efforts déployés, deux petites chapelles furent acquises à l’aéroport de Bruxelles, ainsi que le Musée de l’Eglise Orthodoxe juste à côté de la Cathédrale.

Dans l’Archevêché de Belgique, Son Eminence Mgr Panteleimon travaille sans arrêt, avec l’aide de Dieu et les conseils et bénédictions de la Mère Eglise notre Patr


 

Adresse:
Avenue Charbo 71
1030 Bruxelles
Belgique
Tél. + 32.2.736.52.78
Fax. +32.2.735.32.64
E-mail: eglise.orthodoxe@skynet.be

Fête onomastique: 27 juillet

Sacre épiscopal: 18 août 1974







© 2004-2011 - Orthodox Church in Belgium

 MENU